Biographie

Le groupe en concert à Cognin

Un peu d'histoire

On a créé Fuck Da Tourist à Annecy en 2002. D’abord en trio avec guitare, batterie et contrebasse, puis avec 5 membres dont Peyo au chant et l’abandon de la contrebasse.

Le départ de Peyo entraîne le recrutement de Jab (What the Fuck ) pour le premier concert. Finalement, en 2004, la formation se stabilise avec Mouss (chant), Cédric et Olive (guitares), Cyril (basse) et Laurent (batterie).

Ainsi, Fuck Da Tourist tourne dans différents types de lieux : bars, squats, voire même des salles de concert. La base musicale est marquée par le punk avec une touche rock’n roll guitare à paillettes.

Trouver la voix

Le groupe en concert à la Zona Mutante

Pendant l’été 2010, Mouss quitte le groupe. Les 4 autres décident de poursuivre mais jouent aux chaises musicales : Cyril se met au chant et Cédric récupère la basse. En 2016, Mouss revient au chant et la formation de 2004 se retrouve le temps de 2 concerts. Enfin, grand changement durant l’été, puisque Manon (également chanteuse de Greeting Death) accepte de nous rejoindre.

Tant qu'ça bouge, c’est pas mort

En 2018, Cyril décide d’arrêter. On fait notre deuil d’un des membres fondateurs de Fuck da Tourist. La question de la continuité se pose à nouveau. Heureusement, la section Oï du groupe croise Rémi dans un concert de Los Fastidios, se dit que ça peut le faire et l’embarque basse en mains dans l’aventure Fuck da.

Fuck da Tourist dernière formule c’est donc : Manon (chant), Laurent (batterie), Rémi (basse), Cédric & Olive (guitares).

Et la musique...

Au niveau traces sonores, fin 2004, on a enregistré en une poignée d’heures une démo intitulée En désespoir de cause. En 2006, on a sorti un album plus abouti : Tant de cerveaux disponibles. En octobre 2013, Les sens du réel, notre deuxiéme album, est sorti.

Nos textes sont en français, parfois en anglais ou en arabe, et parlent essentiellement de la misère du quotidien : travail, télévision, violence masculine, toutes les "joyeusetés" de la mondialisation libérale... Le tout sous notre regard cynique et plein de dérision.

Assez de blablabla, on vous laisse cliquer, lire, regarder, télécharger. En espérant vous croiser autrement que par écrans interposés...